Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 mai 2015

Le lit de l'analogie

    Pas d'autre possibilité que de commencer de nouveaux textes, de nouveaux projets, sans quoi la répétition finit par valoir tarissement, et on se prive de la surprise ou de l'exaspération fertile, comme ce samedi en fin d'après-midi, après avoir quitté l'autoroute, à traverser quatre fois de suite en moins de dix kilomètres la même voie ferrée, suivant aveuglément — on n'a plus le choix, on s'aveugle, on voyage sans cartes cette fois-ci — les indications du GPS.

La frontière traversée, on ne se rend pas compte de grand chose, pas de gamine boulottée par les renards rouges mais déjà une remarque sur ces grosses vaches qui m'ont frappé le regard, des vaches rosées, on y reviendra.

On doit donc franchir quatre fois la même voie ferrée, c'est comme un tricotage, pour le peu que j'y comprenne.

Après ces tergiversations, ou ces méandres (le lit de l'analogie est fécond), nous voici, non même pas à Beclers, on a quitté Beclers et on a l'impression que la maison est à Thimougies, puisque le bourg que nous traversons se nomme ainsi et que le GPS nous indique désormais tout proche le logis. Quand on arrive au logis, il n'y a personne, juste ce corps de ferme en quadrilatère à moitié seulement retapé, le portail clos et ce petit chien qui aboie comme un forcené devant. On passe outre, il pleuviote — ce Playmobil gigantesque et écaillé pour les lettres et le dépôt du lait ne nous barre pas la voie, nous voici avec K-Way et sacs devant la porte du logis du fond, la clé trouvée dans le barbecue, on s'installe.

Pendant plusieurs semaines, j'avais lourdement plaisanté sur le nom (Beclers), rappelant (d'on ne sait où — blême mêmoire qui vient tout relier, raccorder, rapiécer) la vieille pub (cette saveur, c'est Beuclère), mais le lendemain, je crois, on a compris que ça devait se prononcer bé-clé (comme la becquée, ou comme un B suivi d'une clef). ░▒▓░▒▓░▒▓ Ce n'est pas l'Artois, mais le Hainaut, je crois. Je crois que ce n'est pas l'Artois, mais comme je ne me suis pas intéressé de près à la question, je me saisis de ce mot, Artois, j'en fais une sorte d'abracadabra avec l'art, le toi, le toit, la dureté peut-être, à coup sûr le rassasiement (être hart). Nous n'avons donc pas vécu en Artois, plutôt dans le Hainaut, beau mot aussi, région singulière par son peu de traits saillants (à part les vaches roses ?).

Écrire un commentaire