Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 février 2017

Épipolaire

    Je me ronge l’esprit en pensant à une certaine

Mme Corneuil, c’est bien ainsi qu’on la nomme.

Jamais on n’a tenu la dragée si haute

à notre pauvre espèce humaine.

 

Le fabuliste recommande aux heureux amants

de ne voyager qu’aux rives prochaines :

une femme qui décrit des brouillards, qui

compose des sonnets et qui, j’en suis certaine,

 

a eu dix aventures au moins.

 

Vous rappelez-vous notre première

excursion à Gizeh, cette grande plaine

nue ? vêtue d’une sorte de burnous en laine

blanche, le cou libre.

 

Par une inspiration soudaine,

On n’oublie pas longtemps son La Fontaine.

Je ne manque pas d’une certaine

vivacité.

Horace tenta vaine-

-ment de le faire rester.

 

18:00 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 17 février 2017

Rodéo exclut — lourd exocet

    Gérande demeura sur le seuil.

 

Installés dans un bon fauteuil

comme s’ils eussent été le feuil

lage de ces vieux bois de chêne

dont mon portefeuil

le est rempli,

Les marins du brick,

la tête découverte,

lui montrèrent le pavillon de deuil.

 

Ce livre, il le feuil

leta avec avidité.

10:55 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 27 septembre 2016

Poème tamarin

    Je me rendais un dimanche matin à l'église, en suivant le bord d'une large chaussée plantée de tamarins et de bois noirs à touffes blanches. Dieu aura pitié de nous, reprit Virginie ; il exauce la voix des petits oiseaux qui lui demandent de la nourriture

L’aigu bruissement des ruches naturelles,

Parmi les tamarins et les manguiers épais,

Se mêlait, tournoyant dans l’air subtil et frais,

À la vibration lente des bambous grêles

Où le matin joyeux dardait l’or de ses rais.

De beaux arbres, parmi lesquels se remarque le tamarin, succèdent aux fourrés d’épines. J’avais divisé le feu en cinq classes, l’eau en sept genres, les animaux en quatre-vingt-deux espèces ; j’avais inventé les talismans, j’avais compté le nombre des morceaux de tamarin et la forme des soucoupes d’or.

▓░▒  Ce que ces sylvestres absorbaient, c'étaient des boissons fermentées et pimentées tirées des gousses du tamarin.

16:37 Publié dans Centons du jeu de dés, Droit de cité | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 29 octobre 2014

Mme Rio Mavuba

    Quelques hommes (une quinzaine)

grandes pipes en porcelaine

passaient sous ses fenêtres en chantant la Marjolaine

 

dans les fils innombrables d'une rêverie soudaine

 

le printemps de l'année prochaine

de dedans son bonnet de laine

dans quelque vieux manoir, comme les châtelaines

orné de pompes mondaines

 

offices, retraites, neuvaines

les brûlures de la haine

 

elle fut prise d'une nausée si soudaine

connaissait l'existence humaine

n'avait point les dents vilaines

se détachait isolée et plus lointaine

se plaignit de la migraine

courut encore vers le capitaine

.

12:18 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 24 octobre 2014

Tristes trafics célibataires

    à l'Ecole militaire

ainsi qu'une âme extraordinaire

des percepteurs, des fonctionnaires

 

doubles files des lampadaires

 

tout l'appareil militaire

tristes trafics célibataires

 

La campagne demeure verte et claire

nous dérobe à qui les éclaire

.

12:26 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 17 octobre 2014

... hargneux coq ........

    comme un hargneux

coq sur ses ergots, férocité de nain haineux

filles, drapeaux, danseurs, et globes lumineux,

crochus aux cheveux cotonneux

.

12:30 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 04 octobre 2014

Après des mois et des mois...

    Après des mois et des mois

ce défilé des Tonkinois

la redingote du bourgeois

avaler les drames chinois

les drames en trois

J'ai vu quatre-vingts fois

murmurer le fredon d'autrefois

nos parties de plaisir, les bois

l'opérette tant de fois

On pavanera (pour pavois)

on traverse l'eau sept fois

trace à travers bois

Chinois adossés aux parois

J'aperçois

un peu narquois

un chant d'ois

eau au-dessus des balles chinois

es sur les tuniques des Chinois

Ça ne te va pas bien, le hâle tonkinois

 

17:41 Publié dans Centons du jeu de dés | Lien permanent | Commentaires (0)