Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 décembre 2016

Igel und Agel (C. Morgenstern)

    À la demande de l'excellente traductrice Sika Fakambi, je propose une traduction d'un poème de Christian Morgenstern. Je suis persuadé que l'œuvre de Morgenstern est l'une des grands oubliées de la poésie européenne du vingtième siècle, hors Allemagne en tout cas. Mais également persuadé de mon incompétence — je ne suis décidément pas germaniste.

J'ai privilégié la francisation des onomatopées et des jeux de langue. C'est un parti pris, qui vaut ce qu'il vaut...

 

                 Igel und Agel                                             Erickson & le hérisson

Ein Igel saß auf einem Stein

                                                                   Un hérisson sur un rocher
und blies auf einem Stachel sein.

                                                                   Dans un de ses piquants se mit à souffler.
          Schalmeiala, schalmeialü!

                                                                              Lalalmaïlou lalalmaïli !
    Da kam sein Feinslieb Agel

                                                                   Là, son chérinou, Erickson 
   und tat ihm schnigel schnagel

                                                                   Lui fait de gentils papouillons
zu seinen Melodein.

                                                                   En suivant le son.
     Schnigula schnagula

                                                                              Chatoulaïli, chatoulaîla
          schnaguleia lü!

                                                                               chatoulalaïtou !

 

Das Tier verblies sein Flötenhemd...

                                                                     L'animal souffla sur son veston clarinette
„Wie siehst Du aus so furchtbar fremd!?“

                                                             « Pourquoi cet air si dur, étrange, chérinette ? »
Schalmeiala, schalmeialü –.

                                                                           Lalalmaïlou lalalmaïli !
     Feins Agel ging zum Nachbar, ach!

                                                                   Son Erickson chéri alla voir le voisin !
     Den Igel aber hat der Bach

                                                                   Mais hélas la rivière a emporté au loin
zum Weiher fortgeschwemmt.

                                                                   Le hérisson jusqu'à l'étang.
          Wigula wagula

                                                                          Gligloulaïli glougloulaïla
           waguleia wü

                                                                          glougloulaïlitou glou
               tü tü ..

                                                                                   laï lou ...

Commentaires

Ça me rappelle "Anthologie de la poésie russe pour enfants».

Écrit par : VS | samedi, 17 décembre 2016

Si tu le dis... ;-)

Écrit par : MuMM | samedi, 17 décembre 2016

Bonjour,

Beau travail ! Serait-il possible d'utiliser votre traduction pour un récital ?
Si oui, j'aimerais y faire apparaître votre nom.

Merci,
Bonne soirée

Écrit par : Lorenzo | dimanche, 14 mai 2017

Écrire un commentaire