Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 octobre 2016

13

13

Pourtant, ces considérations sont parties de la rime, de l'idée qu'il m'arrive d'avoir que chaque nouveau poème rimé mis en chantier est, au fond, au profond, la volonté de retracer ce qui s'est produit le jour (que je ne me rappelle pas du tout) où j'ai saisi ce qu'était la rime, avant de m'en saisir.

Même quand un poème n'est pas rimé, il se passe quelque chose, dans la langue, qui est de l'ordre du jeu des rimes.

–– Pas question ici des poèmes en prose farcis de rimes internes. Même quand il n'y a aucune rime, aucun jeu sur les sonorités (je déteste cette expression, pourquoi d'ailleurs?), l'acte poétique consiste à se situer hors du moment présent pour habiter un autre lieu, ou même le créer, par un acte d'irréalité dont le meilleur exemple est la rime.

Écrire un commentaire