Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 mai 2015

Par les papilles (432/519)

    On aime les asperges, depuis toujours, et la saison en est toujours trop courte. Alors, en vivant si près de Chinon, Loudun et Saumur, on exulte — voilà des contrées souvent arpentées avec les papilles. Chantiers relancés (pour l’écriture en gris et vert aussi),  champs sillonnés.

Aussi, un rêve fou a émergé, de faire pousser des framboisiers contre la haie de troènes, ou près des néfliers, sans détour ni disette. Treize phrases à faire cuire, à faire pousser au beau milieu des groseilliers. Et cinq mots pour rien.

18:28 Publié dans Onagre 87 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire