Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 janvier 2018

v

v

 

    Ce matin, ce qui m'a frappé, outre la manière dont, entre la place Anatole-France et l'université-qu'on-ne-doit-plus-appeler-François-Rabelais-car-Rabelais-est-inconnu-à-l'étranger (et même, je devrais, plus précisément, écrire : le site Tanneurs (qui n'est pas toute l'Université), les divers piétons s'évitaient tout en évitant les flaques les plus profondes, c'est que la pluie ne tombait pas dru, et que malgré tout on entendait moins le bouillon du fleuve en contrebas. Il y avait l'odeur de graillon du vendeur de fouées, preuve que le bio peut également schlinguer (c'est rassurant). Au retour, sur les trois heures, après m'être cassé le nez, j'ai vu, en regardant la Loire depuis le parapet, que les bancs en béton avaient les pieds dans l'eau mais qu'ils n'étaient pas encore submergés au point de crue de juin 2016.

Écrire un commentaire