Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 avril 2015

126 d’espièglerie

 

la

valse en                            voie nos silences

à des                             années sans ma

juscule                             ça danse avec

les mots                             les tremblements

pour                             tant

se taire

 

est-ce

un en                             vol de cigognes

chalou                             pé, pesant ? non

accepte                             la douce ivresse

de rien,                             des mots fermés

par                             nos

ratures

 

donc

dire une                             admiration

aussi                             folle, se col

tiner                             quatre strophes

envols                             ou pas de ci

gognes :                             che

veux noirs

 

la

terrible                             intransigeance

de ce                             regard tu l’as

donnée                             par ta jeunesse

espiègle,                             l’âme un peu sa

lope                             de

ta clope

Écrire un commentaire