Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 janvier 2016

Cimarosa, Pierlot & autres vagabonds

    Poursuivant la découverte du coffret Rampal offert par ma sœur pour Noël, je note (pause, réécoute, reprise du Rondo aussi après) la Symphonie concertante pour flûte et hautbois de Cimarosa, enregistrée en 1954 avec l'Orchestre de Chambre de la Sarre sous la direction de Karl Ristenpart. Le hautboïste (ou oboïste) est Pierre Pierlot, apparemment complice régulier de Rampal.

De Cimarosa, on trouve un enregistrement d'une autre partition (en do majeur, pas en sol majeur) par l'immarcescible Heinz Holliger et Aurélie Nicolet (sur YouTube), une autre symphonie pour flûte, hautbois et cor (sur Classical Archives, donc en écoute très partielle  —  ), un autre (énigmatique) concerto pour ces deux mêmes instruments, par Falala et Arrignon (nulle autre précision).

La Symphonie concertante en sol majeur ne se retrouve que dans sa version pour deux flûtes, avec Hye-sook Yang et Georgi Spassov (Allegro uniquement). On la retrouve en entier ici (mais toujours pour deux flûtes), avec plusieurs autres pages chambristes de Cimarosa. De Cimarosa, toujours pour hautbois, j'ai découvert le Concerto pour hautbois, soit par Pierlot himself : il semble qu'il ne faille pas confondre ce concerto avec un concerto pour hautbois d'un certain Arthur Benjamin, inspiré d'une sonate pour piano de Cimarosa et souvent attribuée, par conséquent, à Cimarosa. De ce dernier, je donne une version ancienne et craquelante, avec Léon Goossens et l'Orchestre symphonique de Liverpool.

Et, enfin, pour les amateurs de piano, voici un enregistrement de 32 sonates de Cimarosa par Roberte Mamou.

 

Pour s'informer sommairement sur Pierre Pierlot, sans passer forcément sous les fourches caudines de la WP, on lira avec intérêt cette notice présentée sur le Site du Hautbois, et cet hommage lors de sa mort en 2007.

 D'autre part, le site Musicologie propose une fiche très complète sur Domenico Cimarosa, et on peut encore écouter (bien que ce soit théoriquement impossible) l'émission de France Musique “Cimarosa, le préféré de Stendhal”.

 

[ Qu'importe si la colonne des “catégories” — ou, comme je préfère les nommer, rubriques — déborde du cadre, devient désespérément et ridiculement longue, en voici une nouvelle, peut-être une de celles qui avortera bientôt. ]

Écrire un commentaire