Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mai 2016

Catherine Frontière / Quatrains frankiens.

9 mai 2016, 15 h 50 *

    Un jour à la frontière

J'ai vu des gars descendre à la mine.

Tu claques la portière.

Que n'aurais-je fait pour Catherine ?

 

Le temps qu'on envisage

Les derniers faisceaux sous la bruine,

Renaît le paysage.

Avais-je déjà vu Catherine ?

 

Les gars sont remontés,

Visage de charbon et d'hermine.

Dans ma gloire éhontée

Je n'avais d'yeux que pour Catherine.

 

Du fond de l'antre noir

J'ai entendu la brise marine.

Quel est ce nonchaloir ?

Est-ce le nom de Catherine ?

 

Ça prend quelques minutes

De parler au corbeau, à la fouine.

Elle a fait la culbute,

Cette démente de Catherine.

 

Les gars, vingt pieds sous terre,

Noient le charbon dans la crinoline,

En deuil célibataire

Du long jupon blanc de Catherine.

 

* Le logiciel de dictée ayant transformé “Quatrains frankiens” (qui était ce que j'avais dit) en “Catherine frontière”, j'ai décidé d'en faire le point de départ du poème.

Écrire un commentaire