Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 octobre 2016

Éperons sur cour

    Pour ne pas fourcher, manquer tomber de monture en cavalant, on a inventé les étriers ou les éperons, au point de ne plus savoir si ce dernier mot a d’abord désigné un objet ou un phénomène géologique, emberlificoté dans les catachrèses comme dans une toile d’araignée, que l’opilion soit noir ou plus lucide, gris clair, beige, aux couleurs de l’arc-en-ciel un jour de pollution sur la ville endormie, et c’est bien quand on dort, on oublie, c’est bien quand on dort qu’on a peur de tomber du lit, de faire cette mauvaise chute, de se casser la figure, l’oreiller tombant lourdement avec soi sur la ligne de flottaison de l’opilion sur le carrelage,  ne doit-on pas un jour abolir les images figées comme un jus de rôti.

127/721

08:21 Publié dans 721 | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire