Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 octobre 2007

Mime manoir

    Je m'apprête à aller écouter Linda Lê, dont je ne connaissais pas les livres (a priori ils ne m'attiraient pas) et dont j'ai lu en blitz mais attentivement, deux romans.         Voix, j'ai refermé aussitôt, agacé. Le dernier n'est pas mal, et j'ai pris de nombreuses notes en vue de nourrir ces carnets. (Pourtant, sussurre une voix au for, tu n'as pas fini de publier tes textes bretons.)         Personne, plus qu'In memoriam, m'a plu, quoiqu'on y retrouve ces figures de désaxés artistes maudits, comme s'il était si difficile de guérir de Rimbaud et Kafka.

(D'affilée, thème de la filiation.)

Commentaires

J'ai lu en son temps "Trois Parques". Ça m'a plu, mais pas suffisamment pour que j'en lise d'autres. Comment dire, il n'y avait rien à lui reprocher, une narration maîtrisée, étrange, la folie qui rôde, l'exil... Mais tout en paraissant neuf, c'étaient de vieilles ficelles. (Ce n'est pas que je veuille du résolument neuf, mais je n'aime pas cette impression d'être manipulée).

Comment fais-tu pour lire toujours autant de roman? N'es-tu pas lassé? Il me semble ne plus pouvoir lire que les mêmes auteurs, ou autre chose, de la poésie ou des essais.

Écrit par : VS | vendredi, 05 octobre 2007

........ lisant beaucoup de poésie
& juste ce peu d'essais qui nourrit .......

(Tu verras, quand j'écrirai quelques phrases au sujet de son écriture, que je suis loin d'être entièrement "emballé". (Cf remarque sur Rimbaud et Kafka.))

Écrit par : MuMM | vendredi, 05 octobre 2007

Le seul In Memoriam que j'ai lu est celui de Léautaud, très supérieur au "Petit ami"...

A part ça, en plus moderne, un foutrement godant texte : "Moscou sur Vodka" , de Venedict Erofeievef (paru en samidzats), le très réel prodige (titre original : Moscou Pétouchki, correspond bien meiux puisque l'objet conte le trajet en metro de Moscou à la station Pétouchki. De plus ces vérolés du goût ont crobardé un "joyeux pochard" sur la couv', ce qui est hallucinant de connerie quand on becte le bouquin. Passons, comme disait Flaubert pastichant Hugo ...

Écrit par : Restif | samedi, 06 octobre 2007

Écrire un commentaire