Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 février 2016

Balises

    Dans les ruines d'une abbaye, entre les pampres d'une végétation presque luxuriante, par des chemins parfaitement balisés, parmi des flots d'enfants surexcités dont certains piaillaient d'une voix aussi suraiguë qu'hystérique, nous avons encore admiré le Sarcoramphe roi et le Nestor kéa. Rêves de Caracas et d'Auckland. Pourtant, c'est au cœur de la Wallonie, les rêves sont souvent des machines complexes.

Chacun son chèche, aussi : bleu avec la combinaison d'un jean's vert forêt et d'un blouson gris ; blanc avec une tenue presque entièrement noire.

Dans une serre gigantesque, observer le Savacou huppé. Songer fugacement que Caracas est au Honduras, au Costa Rica ; après tout, pourquoi pas, tu n'y iras jamais.

(Il y eut cette époque où tu tentas d'écrire des textes en regardant un film, en écrivant à partir du film. À partir : l'évasion.)

Je revois ces sortes de souchets à bec bleu, corps de fuligule mais vraie tronche de souchet, je n'ai rien noté, quelle idiotie, et quelle idiotie plus grande encore de tenter de mettre au propre de telles heures tant de mois plus tard.

Pavillons chinois, thaïlandais, superbes, cabane dans les arbres, chemin par la passerelle qui tangue.

Poissons d'aluminium et de bronze, et donc, dans les aquariums, après turbots, raies, poissons exotiques, coelacanthe inexpressif, le poisson pierre si difficile à discerner, et ces méduses d'une beauté extraordinaire, tu les regardes et en les regardant tu penses en même temps à l'impossibilité d'une peinture et à une écriture en mouvements graciles et à l'explosion nucléaire, où ça, hein, pourtant, où ça.

Écrire un commentaire